Origine mythologique des constellations du Zodiaque (partie 2)

Voici la deuxième partie de l'article consacré à l'origine mythologique des constellations du Zodiaque.

Nous étudierons en quoi les mythes et les légendes antiques véhiculent des significations symboliques encore utilisées aujourd'hui pour les signes de la Balance aux Poissons.

 

Dans la première partie de l'article, nous avons vu comment le processus d'individualisation s'achevait en Vierge après avoir débuté par la naissance en Bélier et être passé par tous les autres signes du premier hémicycle (Cf Origine mythologique des constellations zodiacales partie 1)

 

Nous verrons à présent comment le deuxième hémicycle décline un processus de réunification et de fusion de l'individu dans le collectif.

 

Carte du ciel etoile

 

Libra : La constellation de la Balance

Cette constellation est récente. A l'origine, ses étoiles faisaient partie de la constellation du Scorpion, elles représentaient les pinces de l'animal. Elle n'existait donc pas dans le ciel antique.

S'il fallait pourtant déterminer une origine mythologique à cette figure de la Balance, il serait possible de l'associer à la déesse grecque Thémis. Sa place dans la mythologie est secondaire. Nous pouvons néanmoins précisé qu'elle est la mère du Titan Prométhée dont nous reparlerons avec les deux autres signes Masculins du dernier hémicycle (le Sagittaire, le Verseau). Thémis a eu plusieurs autres enfants dont certains sont des allégories (personnification de principes ou d'idéaux sociaux). Parmi eux, nous pouvons citer Astrée (la Justice), Eiréné (la Paix), Eunomia (la Loi).

 

Statue palais de justice

 

 

Analyse symbolique : La représentation classique de la Balance se retrouve dans tous les palais de Justice : Une jeune femme tenant dans une main une balance (pour peser les différents partis) et dans l'autre un glaive (pour punir). Elle a souvent les yeux bandés pour signifier son impartialité. Les enfants de Thémis reprennent des principes clés du signe zodiacal : Justice, Paix, Loi ... La Balance est le signe de l'harmonie et de l'équité. Sa place dans le zodiaque n'est d'ailleurs en rien due au hasard.

- A l'équinoxe d'automne, au moment où la durée des jours égale celles des nuits, elle représente le juste équilibre des forces contraires.

- Sa place entre censure et pureté exacerbée de la Vierge et instincts passionnés du Scorpion, appelle à la mesure.

- A l'opposé du Bélier (Prédominance du Moi), elle est le premier des signes collectifs. Cette place rend dominante la prise en compte des autres qui a été commencée avec l'étape précédente de la Vierge (Cf Origine mythologique des constellations zodiacales partie 1).

La Balance établit donc les relations sociales. La considération de l'Autre, en tant qu'Etre privilégié au sein d'une relation harmonieuse, est exacerbée. Elle s'efforce (symboliquement) de maintenir en permanence l'équilibre de ses plateaux, quitte à se trahir elle même ou à se contenter du semblant des apparences. L'équilibre ainsi obtenu n'est pourtant pas satisfaisant à titre personnel. La Balance, unique objet du Zodiaque, risque de sacrifier son authenticité dans la relation qu'elle a construit. Celle-ci devra être reconquise avec le signe suivant : le Scorpion.

 

 

 

Scorpius : La constellation du Scorpion

Les étoiles qui forment la magnifique constellation du Scorpion dans le ciel sont indissociables de celles de la non-moins magnifique constellation d'Orion, qui lui est diamétralement opposée. Le mythe a plusieurs versions mais une d'elle raconte :

 

Orion est un géant si imposant que lorsqu'il marche au fond de la mer, sa tête et ses épaules émergent des flots. C'est aussi et surtout un excellent chasseur qu'Artémis elle-même (déesse vierge de la Lune et de la chasse) apprécie d'avoir pour compagnon de chasse. Orion a aussi beaucoup de respect pour Artémis. Lui qui laisse d'ordinaire libre cours à ses instincts libidineux et meurtriers les plus sombres, est toujours des plus corrects avec elle. Ils sont unis par des liens d'une rare intensité entre un mortel et une immortelle et se considèrent égaux (Reliquat Balance).

 

Un jour pourtant, Orion a un geste déplacé. Artémis défend toujours farouchement sa vertu féminine et ne fera pas d'exception, même pour son meilleur ami. Pour le punir, elle "donne corps" à la part sombre du géant sous la forme d'un scorpion dissimulé dans les feuillages. Piqué au talon, Orion est foudroyé par le venin du minuscule animal.

 

Orion et le Scorpion furent placés tous deux dans le ciel. A l'opposé l'un de l'autre, ils ne se côtoient ainsi jamais dans les étoiles.

 

 

Orion et le scorpion

 

Analyse symbolique : Après les relations sociales qui se veulent parfaites de la Balance, le Scorpion a besoin de beaucoup plus d'intensité et d'authenticité. Il sait surtout que la perfection prônée par les deux signes qui l'ont précédé n'existent pas ! La relation qui unit Orion à Artémis est très forte. Il n'y a pas de place pour les compromis.

Orion a des instincts sombres très vivaces qu'il parvient à contrôler avec Artémis tant qu'il est dans une relation très respectueuse de type Balance avec elle. Mais sa part sombre est très présente en lui. En se laissant aller à un geste déplacé mais conforme à ses instincts, il prend le risque de se dévoiler entièrement à Artémis dans sa vérité la plus crue (loin des bienséances sociales de la Balance). Le Scorpion exige cette authenticité dans ses relations et dans ce qu'il fait, même s'il sait que cela peut conduire à sa perte.

 

Le scorpion, animal nocturne et dangereux, inspire bien des fascinations. Il est à la fois craint et admiré (il n'y a qu'à voir combien l'arborent en tatouage !) Cette si petite bête dégage de la puissance : elle a un symbolisme profondément créateur parce que très sexuel (la queue qui pique) et destructeur avec le poison. De nombreuses croyances font de lui un animal prompt au sacrifice : Il se suiciderait en se piquant lui même quand il est en danger de mort ; la femelle scorpion offrirait son corps en nourriture à ces petits pour qu'ils lui survivent...

Ces croyances populaires sont toutes fausses. Mais elles nourrissent les fantasmes d'une aura destructrice, voire auto destructrice, qui accompagnent le signe. Elles le nourrissent même sans doute un peu trop. Le Scorpion n'est pas le signe quasi-diabolique que l'image populaire véhicule trop souvent. La plupart du temps secret et réservé (comme le scorpion du mythe caché dans les feuillages), il dégage pour autant beaucoup de séduction. C'est ce qui le rend un peu ténébreux. Il va au fond de ses engagements et de ses pulsions et ne craint pas de se battre pour arriver à ses fins. Parce qu'il sait très bien identifier ses failles comme celles des autres, il sait parfaitement attaquer où il faut (la petite bête terrasse le géant d'une simple piqûre).

 

Aids scorpion 

 

Il ne craint donc pas de détruire, c'est vrai, et il est passionnel. Il préfère souvent vivre "plus" plutôt que vivre "mieux".

Mais il ne faut pas occulter qu'il détruit... pour reconstruire. Nul autre que lui n'a autant de capacités de provoquer les transformations profondes. Il est capable d'abandonner les derniers remparts de son confort égotique personnel pour se reconstruire après les pires agressions. Aucun doute, il est de la catégorie des "survivants".

 

 

Sagittarius : La constellation du Sagittaire

Le Sagittaire est un centaure de la mythologie grecque. Les centaures sont des êtres fabuleux mi hommes, mi chevaux qui vivent en hordes de l'autre côté du fleuve des enfers (Le Styx). La plupart d'entre eux sont assez brutaux et se laissent uniquement guider par leurs instincts.

Chiron est l'un d'eux mais se distingue à plus d'un titre. Premièrement, il est né immortel puisqu'il est enfant de Cronos et d'une nymphe des eaux. Ensuite, il ne vit pas aux portes des enfers mais seul et à la surface de la Terre. Et enfin, c'est un érudit, un médecin et un sage qui a été le professeur de bien des Héros, dont Héraclès.

 

Par erreur, Héraclès le blesse cruellement un jour de combat contre les autres centaures. Ne pouvant mourir, Chiron souffre le martyre et demande à offrir son immortalité au titan Prométhée pour être soulagé de ses souffrances. Zeus est favorable à cette requête (il faut bien corriger les "bourdes" de son fiston !). Prométhée devient donc immortel et Chiron est placé dans le ciel pour former la constellation du Sagittaire.

 

Analyse symbolique: La première chose à remarquer, c'est que Chiron a dépassé les pulsions instinctuelles des autres centaures. Ces derniers représentent les reliquats du signe précédent : Le Scorpion. Ils vivent au bord du fleuve des Enfers (référence à Hadès -Pluton- planète du Scorpion). Les instincts des centaures ne sont pas des instincts animaux (les animaux ne violent pas et ne s'enivrent pas non plus !), ils ont des instincts bien humains !

Chiron a réussi, de part son ascendance divine, à contrôler ses instincts. Et par cela, il devient un guide, un médecin, un sage, un professeur pour les hommes (professions associées au signe du Sagittaire).

 

Du scorpion au sagittaire

 

 

Le symbolisme du Sagittaire appelle en effet à trouver cette part de divin qui existe en nous pour nous élever, nous améliorer et pour bien vivre ensemble. On dépasse ici le niveau de la relation interpersonnelle idéale de la Balance. On a laissé tomber les dernières barrières de défense de nos égos en Scorpion. Avec le Sagittaire, on ouvre son esprit au niveau du groupe entier et de la société, ou plutôt des sociétés. Car le Sagittaire appelle à prendre en considération les cultures de chacun et à y chercher ce qui unit tout le monde.

 

C'est là la signification de la flèche qu'il pointe vers une étoile dans l'imagerie classique. Sa flèche contient le flamme dérobée aux Dieux par Prométhée pour l'offrir aux hommes (Cf La constellation du Verseau pour le mythe). Cette flamme a la même signification que celle reprise dans l'évangile pour représenter l'esprit Saint du Christ qui redescend sur le front des apôtres à la Pentecôte. Elle est le Feu (élément du Sagittaire) de la Foi (au sens religieux) mais aussi de la sagesse (au sens plus philosophique) et de l'amour de son prochain (au sens philanthropique). Autant d'idéaux "supérieurs" associés traditionnellement au Sagittaire. Ces idéaux ne sont que des belles aspirations (élément Feu) d'expansion commune. Il convient dans le signe suivant, le Capricorne, de leur donner forme concrète (élément Terre)

 

 

Capricornus : La constellation du Capricorne

Cette constellation est une des plus anciennes référencées dans beaucoup de cultures antiques. A chaque fois, elle représente un animal amphibie avec un haut du corps terrestre (souvent une chèvre) et une queue de poisson. Les mythes grecs autour de cette constellation ne sont pas très sûrs. On peut y voir un lien avec la chèvre Amalthée qui a nourrit Zeus. Beaucoup se réfèrent à un épisode de la vie du Dieu Pan. Ce Dieu ressemble à un Satyre, un être mi homme, mi chèvre. Les représentations classiques de Satan : Démon barbu à cornes et jambes de bouc, s'inspirent de son image.

 

Pan

 

 

Lors d'un combat entre Zeus et les Titans pour détrôner Cronos, Pan se plonge dans un cours d'eau pour échapper à ses poursuivants. Il se transforme alors en cette créature mi chèvre-mi poisson. Le danger passé, il soignera Zeus de ses blessures, lui redonnant des forces suffisantes pour remporter la victoire. En reconnaissance, Zeus lui donne sa place dans les étoiles.

 

Analyse symbolique: La constellation du Capricorne est très peu visible puisqu'elle ne contient aucune étoile brillante appelant l'œil à elle. En cela, ce groupement d'étoiles est déjà très en accord avec les traits de ce signe qui tient avant tout à ce qu'on lui fiche la paix !

Ce n'est pas un signe qui a forcément bonne réputation. Au début de l'hiver, la froideur s'impose. La vie semble en suspend, la végétation paraît morte. Ces idées rattachent le signe à sa planète maîtresse Saturne. Le Capricorne s'est débarrassé du superflu. Seul reste l'essentiel, l'authentique, le pur (Ne pas perdre de vue la signification des autres signes féminins qui l'ont précédé : Vierge et Scorpion)

 

Sa représentation classique Chèvre-Poissons est une métaphore de l'axe des Maisons IV-X d'un thème astral. Cet axe vertical relie les profondeurs (Eau - queue de poisson) et les sommets (Terre - chèvre des montagnes). Cette ascension verticale représente à elle seule la destinée du signe. Souvent ambitieux, il peut atteindre les sommets à force de persévérance et de travail. Capable de détachement jusqu'au dépouillement des profondeurs, il peut s'imposer des conditions de vie drastiques qui soutiennent sa progression.

Le Capricorne est tout à la fois attiré par ces deux pôles extrêmes qu'il parvient parfaitement à conjuguer.

Son enseignement : trouver sa juste place dans la société. Par son apport personnel, chacun contribue de manière bien individuelle (et sans en avoir nécessairement conscience) à l'expansion commune de la collectivité que souhaitait le Sagittaire. Car c'est bien l'insertion sociale de chacun et l'addition de nos réussites personnelles qui fait la réussite de notre société.

 

 

Aquarius : La constellation du Verseau

Prométhée est un Titan. Les Titans sont les premiers maîtres du monde. Ils sont plus anciens que les Dieux de l'Olympe puisque c'est Zeus lui-même qui les a détrônés pour mettre un peu d'ordre dans l'Univers. L'histoire se situe donc à l'aube de la création. Aucune vie animale n'existe encore sur Terre.

Prométhée est un Titan malin (son nom signifie "celui qui pense à l'avance"). C'est une qualité rare chez les Titans ! Il a un frère dont il doit réparer toutes les calamités (Epiméthée dont le nom signifie "celui qui n'anticipe rien").

Les deux titans sont chargés par Zeus de créer les êtres vivants de la Terre. Zeus leurs confie un sac plein de ressources ou capacités physiques et variées à répartir entre leurs créatures. Epiméthée crée tous les animaux et les dote de caractéristiques ou de capacités physiques intéressantes pour survivre (griffes, fourrure, corne, carapace, crocs, rapidité, piquants...). Comme il n'anticipe rien, il ne laisse rien dans le sac pour son frère. Prométhée crée les hommes, mais ceux-ci sont très démunis puisqu'ils ne leurs restent ni fourrure, ni griffe, crocs... pour s'en sortir. Ils sont les êtres les plus imparfaits qui soient. Mais Prométhée est un grand bienfaiteur pour sa création. Il désobéit à Zeus et leur donne ce que nulle autre créature de son frère possède car ce n'était pas dans le sac... la conscience (ou l'intelligence). Cela va leur permettre de s'en tirer et de dominer les autres créatures.

Mais l'histoire de n'arrête pas là. Sensible à leur sort peu enviable et soucieux de leurs faciliter l'accès au progrès, Prométhée va même dérober le feu des forges d'Héphaïstos pour l'offrir aux hommes. Il le cache dans une flèche creuse de son ami Chiron, le centaure philanthrope (Cf Le Sagittaire).

Cette ultime désobéissance lui vaudra le châtiment de Zeus : Etre crucifié sur un rocher et chaque jour, un aigle viendra lui dévorer le foie. Les constellations Aquarius (Prométhée) et Aquila (L'aigle qui semble fondre sur lui) sont proches l'une de l'autre dans le ciel étoilé pour illustrer cette scène mythologique.

 

Analyse symbolique : La figure du Verseau représente Prométhée déversant une amphore sur le Monde. Ne nous y trompons pas, le fluide répandu n'est pas un liquide. Le Verseau est un signe d'Air. Il offre généreusement à la conscience humaine son Ether. Ce fluide qui ondule n'est donc pas là pour étancher la soif, mais pour ouvrir l'esprit de la psyché humaine : Il représente cet état de conscience offert aux hommes par Prométhée ; un cadeau qui les rapproche des Dieux.

 

Verseau

 

 

Prométhée est une première figure christique, pré-évangélique. Il partage beaucoup de points communs avec Jésus. Comme lui il est amour pour les hommes et comme lui, cet amour universel le conduira au sacrifice de sa personne par la crucifixion. Le Verseau fait passer les intérêts collectifs avant ses intérêts individuels.

 

Prométhée désobéit facilement aux règles et aux consignes. Il prend des libertés face à la loi de Zeus. Il donne ainsi au Verseau son intense besoin d'indépendance et sa méfiance face aux règles et aux codes pré établis qui cloisonnent et enferment les libertés individuelles.

 

Le feu offert aux hommes est vecteur de progrès. Grâce à sa maîtrise, les hommes vont pouvoir se tourner vers l'avenir et l'amélioration de leur conditions de vie. Le Verseau est symboliquement le signe du futur et du progrès technique, mais aussi idéologique.

 

Après la place sociale individuelle acquise en Capricorne, le Verseau vient bousculer les habitudes et les consciences. Il vient remettre en cause l'ordre du monde. Il fait souffler les vents révolutionnaires du changement quand ils deviennent nécessaires pour le bien du plus grand nombre.

 

 

Pisces : La constellation des Poissons

Aphrodite (ou Vénus) et Eros (ou Cupidon) sont les deux Dieux associés à l'amour. Aphrodite est née dans la mer, de l'écume qui s'est formé à la surface des vagues après l'émasculation d'Ouranos par son Titan de fils Cronos. C'est donc une déesse très ancienne, apparue avant même les Olympiens. Elle a su néanmoins se faire acceptée parmi eux grâce à son charme (et quel charme !) quand tous les autres Titans étaient boutés au train par Zeus. Eros, ce petit angelot ailé, est souvent considéré comme le fils d'Aphrodite. C'est une erreur. Il est encore plus vieux qu'elle puisqu'il existe depuis l'aube du monde. Il est apparu de la séparation du Chaos (cloaque originel) en Gaïa (La Terre) et Ouranos (Le Ciel). Autrement dit, il appartient à la genèse antique gréco-romaine. Il est l'allégorie de l'instinct sexuel qui a poussé Ouranos à "recouvrir" Gaïa sans relâche et ainsi engendrer les premiers Etres : les Titans. Sans lui, point de vie puisque point d'instinct créateur.

Un jour où ces deux représentants de l'amour se promenaient ensemble Typhon les pris en chasse. Typhon est le Père de presque tous les monstres de la Mythologie Grecque. Il n'est que folie furieuse et dévastatrice. Et comme tous les grands méchants des histoires, il ne faut pas lui chercher d'autres motivations que d'être le Grand Méchant de l'histoire. Pour lui échapper, Aphrodite et Eros se jetèrent dans la mer. Ils s'agrippèrent chacun à un poisson. Afin de ne pas se perdre l'un l'autre dans les abysses et l'immensité, ils attachèrent les deux poissons ensemble  par la queue.

Pour remercier les deux poissons, ceux-ci furent placés dans les étoiles et sont toujours représentés avec un lien qui les réunit.

 

Aphrodite et eros poissons

 

Analyse symbolique : Le mythe nous parle ici d'amour et de mer. Vénus et Neptune sont d'ailleurs respectivement les planètes exaltée et maîtresse du signe des Poissons. Il nous parle également de fuite, de monstre et de risque de se perdre... Autant de thématiques qui peuvent être rattachés à ce signe.

L'Océan est paradoxalement le symbole du Tout (Immensité tellement plus grande que soi) et du Rien (A part de l'eau à perte de vue... il y a quoi au juste ?)

 

- L'immensité transparait dans les Abysses et les profondeurs de la mer. Le Poissons peut jouir de l'abondance de cet élément liquide qui représente l'infini des champs du possible. Le Poissons est un signe mutable, malléable, aux multiples potentiels. Une variante du mythe veut d'ailleurs qu'Aphrodite et Eros se soient eux-mêmes changés en poissons. Et cette transformation ré-hausse l'idée même de malléabilité du signe.

 

- Mais le risque de se perdre dans cet océan où les frontières et les limites sont dissoutes guète particulièrement les Poissons. Leur fuite du réel et de ses agressions (Le monstre Typhon) les expose au danger de leur refuge dans le monde irréel (les eaux insondables de leur océan intérieur). Ce refuge peut prendre diverses formes.

 

Au positif, c'est l'Amour (Aphrodite et Eros) dans son sens transcendé : L'amour du Tout, l'Amour Universel, celui de son Prochain et de Dieu pour les croyants, celui des énergies de l'Univers pour les ésotériques de tout bord. Le mysticisme et la spiritualité sont rattachés aux Poissons. La sagesse permet de réussir à se départir du monde concret et de ses limites.

 

Au négatif, ce peut être la perdition, la noyade dans les Alcools et autres paradis artificiels, les maladies psychiatriques. La fuite des limites du monde concret amène à s'aliéner aux illusions, aux brouillards et aux Serpents de Mer de Neptune.

 

Ce n'est pas forcément très réjouissant comme alternatives...

 

Après le Verseau qui a abandonné ses intérêts égotiques à l'intérêt commun dans lequel il sait se rendre insignifiant, le processus de dépersonnalisation de l'individu doit continuer.

L'abandon de soi, la dissolution du corps et de l'ego dans la mer qui fait disparaître qui s'y enfonce, ne doit pas être crainte. Aphrodite (le confort et le bien être égoïste et personnel, l'attachement aux biens et aux gens) et Eros (les instincts de vie) ont disparus dans le Grand Tout.

 

C'est ainsi que les Poissons, dernier signe de la roue du Zodiaque, bouclent le cycle, par la mort, comme le Bélier l'avait commencé par la naissance.

Pour qui croît aux réincarnations, il est particulièrement évocateur de souligner le symbole du lien qui relie les deux poissons entre eux.

En l'attente d'une nouvelle naissance Bélier, dans les eaux intra-utérines de la mer (Mère) Poissons, ce lien n'est-il pas là pour suggérer le cordon ombilical reliant le futur bébé au ventre maternel ?

 

 

Conclusion :

Notre voyage autour du Zodiaque à travers les mythes antiques qui ont donné leur nom aux constellations s'achève ici. Bien sûr, s'appuyer sur les mythes n'a pu mettre en exergue que certains aspects de la significations des signes.

Ce survol n'avait de toute façon pas vocation de décrire de manière complète chaque signe du Zodiaque. Je voulais surtout m'attacher à faire ressortir la notion de cycle.

 

Après le premier hémicycle de séparation/personnalisation, le deuxième hémicycle, que l'on achève ici, est un cycle de dépersonnalisation/fusion. Il fait entrer en relation avec l'Autre ; puis prendre en considération tous les autres. Cela permet de concilier ce que l'on est à une place dans la collectivité qui pourrait nous convenir. Liée aux autres, notre identité se fond dans son rôle social et perd de son individualité. Il faut accepter de mourir un peu à soi pour que notre participation servent des intérêts et des énergies d'un cycle qui nous dépasse et dont nous faisons partie bien malgré nous.

 

 

Tout droit réservé, Fabrice BONVIN

Reproduction partielle ou totale interdite sans autorisation écrite de l'Auteur

Commentaires (3)

James
  • 1. James | 25/07/2015
Bonjour,

Merci pour cet article très enrichissant, étant poisson ascendant scorpion, cela m'a bien réjouit de lire cet article.

Au plaisir de vous lire encore.
Et vive l'astrologie qui nous rassemble.
Gérald Bergeron
  • 2. Gérald Bergeron | 23/09/2016
J'ai pris grand plaisir à lire tout ceci, par contre, en ce concerne le signe du verseau j'ai lu une autre histoire dans "Dictionnaire de la mythologie grecque et romaine par Joel Schmidt" publié par FRANCE LOISIRS (123, boulevard de Grenelle, Paris).

Au mot ZODIAQUE il est mentionné que: "Le verseau s'assimile avec Ganymède,...". Dans le même livre...

Au nom de GANYMÈDE ont peux lire: "La légende de Ganymède est sans doute originaire d'Asie Mineure. Fils de Tros et de Callirhoé, le jeune Ganymède était réputé pour sa beauté. Zeus en tomba amoureux et se changea en aigle pour le prendre dans ses serres et le ravir dans les cieux. Ayant acquis l'immortalité, Ganymède seconde parfois Hébé dans sa tâche, en versant l'ambroisie è l'assemblée des dieux."

C'est la première fois que je lis que Prométhée serait à l'origine de mon signe astrologique. De quelles sources viennent vos renseignements? Quel est la bonne interprétation ?
bonvin-fabrice
  • 3. bonvin-fabrice (site web) | 24/09/2016
Bonjour Gérald et tout d'abord merci de votre commentaire qui enrichit mon propos.
En effet, le mythe de Ganymède que vous évoquez est généreux en symbolisme que l'on peut rattacher au Verseau. Enlevé par l'aigle et installé au service des Olympiens, il s'approche de la figure de l'Ange au service de Dieu. L'ange est d'ailleurs une manière classique de représenter le Verseau. Certains ont fait des analogies entre les 4 signes fixes et les 4 évangélistes. Et on remarque que St Luc est accompagné d'un Taureau, St Marc d'un Lion, St Jean d'un aigle (animal à rapprocher du Scorpion, voir à ce sujet l'article symbolisme animalier et signes du zodiaque dans le site) et St Mathieu d'un ange, le Verseau.
Par ailleurs, Ganymède qui sert le nectar (boisson mythique des Dieux) est sans doute visuellement assez proche de notre Verseau qui renverse son amphore d'Ether.

L'ensemble de ce mythe se raccroche donc à la signification aérienne du Verseau (son élément) et son aspiration première d'élévation vers le divin.

Le mythe prométhéen pour sa part s'appuie davantage sur la dimension uranienne du signe. Uranus apporte le non conformisme est l'excentricité. Si Prométhée est au départ au service des Dieux (tout comme Ganymède est leur "garçon de café"), il reste qu'il leurs désobéit (idée uranienne révolutionnaire qui s'oppose au pouvoir et au rayonnement divin et unique solaire. Le Soleil est en exil en Verseau).

Retrouver la source m'est difficile car je m'intéresse depuis très longtemps à l'astrologie et à la mythologie et cet article tient autant de références et de lectures que de ma propre analyse des mythes et des symboles astrologiques. C'est donc une analogie "maison".

Je vous souhaite un agréable "surf" -Bien Verseau comme terme celui là- sur les pages du site.
Bien à vous
Fabrice BONVIN

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau