Tabac et astrologie. Pistes de réflexion.

 

Planete fumee

 

 

Je ne me lance pas dans un long travail de recherche astrologique sur le tabac qui nécessiterait l'étude et la comparaison de dizaines et de dizaines de thèmes de consommateurs de cette substance.

 

Voici plutôt un court article qui propose d'explorer 3 pistes de réflexion :

- Premièrement, les raisons biologiques, psychologiques et sociologiques qui amènent à consommer ce produit

- Deuxièmement, les facteurs astrologiques qui peuvent être mis en lien avec une prédisposition personnelle à cette consommation.

–Et enfin les facteurs astrologiques qui peuvent accompagner une tentative de sevrage en cas de dépendance.

 

 

 

Le tabac (comme l'alcool) est une drogue légale en France. Un travail complémentaire pourrait être fait sur la consommation des drogues illicites. Celles-ci me semblent mettre en jeu d'autres influences astrales en lien avec l'interdit social, la prise de risque, la marginalisation et le refus d'intégration de la loi.

 

 

Les études sociologiques montrent que c'est à l'adolescence que la consommation de tabac débute. Il est relativement rare qu'une première expérimentation de ce produit commence après la trentaine. Un lien peut être fait avec le cycle de Saturne. À l'âge de 14 ans environ, qui est l'âge le plus fréquent de la première cigarette, Saturne s'oppose à sa position natale. À l'âge de 28 29 ans, il a terminé son premier cycle et est revenu à sa position natale. Il semble bien que ce parcours accompli sans consommation de cigarettes, puisse préserver de l'utilisation de ces produits pour l'avenir. Si Saturne a bien fait son travail de structuration psychique, le moi et le surmoi sont assez fort pour se préserver des écueils du tabagisme.

 

Pour le jeune adolescent, l'alcool et le tabac sont l'apanage des grands. Au même titre que la sexualité, ils représentent un interdit, un monde qui ne lui est pas encore accessible, avec ses dangers mais aussi ses plaisirs. Il y a sans nul doute du Pluton là-dessous. D'ailleurs alcool et tabac sont encore les images extérieures d'une certaine puissance. Certes depuis la loi Evin, les images et les situations sociales qui les mettent en scène sont contrôlées et limitées. Mais ils restent ancrés dans les inconscients collectifs.

Qui n'a pas en souvenir un homme d'affaires célébrant une bonne opération financière avec un verre de scotch et un gros cigare. Pouvoir alcool et tabac font bon mariage.

Jr argent

Inoubliable Larry Hagman dans Dallas

Tabagisme

Fumer ne correspond en rien à un besoin biologique. Les raisons qui portent l'adoption de cette consommation sont donc uniquement psychologiques et sociologiques. La nicotine provoquant une dépendance physique, fumer peut devenir un besoin biologique, mais uniquement dans un second temps.

 

Si on utilise la langue des oiseaux chers à Luc Bigé, on peut entendre "T'as B agit" = tu as bien agi. Je ne me risquerai pas à l'affirmer, d'une parce que je ne suis pas expert en langage des oiseaux, et de deux parce qu'il me semble que dans cette langue rien ne peut être affirmatif de toute façon.

Mais c'est tout de même intéressant. Le tabac possède cette dimension sociale de récompense. On a bien mérité une petite cigarette quand on a bien travaillé et que dire de la cigarette après l'amour…

Cigarette lit

« Alors… heureuse ? »

 

 

Ame fumeeSymboliquement, on fume pour augmenter la conscience de soi. Vivre c'est respirer. Respirer est invisible. L'air n'a pas de consistance de saveurs de couleur d'odeur etc. Le fumeur, inspirant et expirant la fumée, augmente la perception sensorielle de cet acte de vie. Il ressent l'odeur et la saveur de l'air qui l'inspire puisque celui-ci est chargé des molécules issues de la combustion de sa cigarette. Il voit l'air qu'il expire et la fumée qui sort de ses narines ou de sa bouche. On fume pour se donner une contenance  (et donner une contenance au souffle de vie qui n'en a pas). Et on remarquera que systématiquement, dans les thèmes exemples de fumeurs développés plus loin, le maître d'Ascendant est "agressé".

 

À un âge où le corps et le psychisme changent sous l'effet de la puberté, gardez cette conscience du soi n'est peut-être pas si simple. À un âge où le Moi doit s'affirmer, où l'idéalisation des modèles parentaux qui représentaient un Surmoi tout fait est mise à mal, avoir besoin de renforcer cette conscience de soi peut se comprendre.

L'adolescence est l'âge du groupe, de la bande de potes, des clans. L'adolescent recherche parmi ses pairs des nouveaux modèles d'identification. Il s'appuie sur le comportement des autres. Se sentir intégré dans un groupe passe par adapter les comportements du groupe. Fumer en fait souvent partie. C'est autant un moyen d'être comme les autres que d'être soi et de se distinguer, notamment en s'opposant à son ancien statut d'enfant est bien souvent à l'autorité parentale qui ne cautionne pas forcément cette consommation. Et il y a probablement une composante uranienne également là dessous comme j'y reviendrai.

S'opposer c'est bien d'une manière se centrer sur soi-même. La respiration devient conscience puisqu'elle semble prendre forme : cigarette, fumée. Respirer se matérialise.

 

La méditation et toutes les techniques de relaxation s'appuient aussi sur la prise de conscience de sa respiration. C'est souvent les exercices de base pour se recentrer sur soi. Mais c'est une démarche active, qui demande un entraînement un effort, du travail pour y parvenir. Le tabagisme offre la même chose de manière passive, sans effort particulier, c'est donc plus facile.

 

La nicotine (principe psycho-actif du tabac comme beaucoup le savent) est une molécule qui est un stimulant pour le système nerveux. Elle active les neurotransmetteurs et stimule la vivacité mentale. À partir de là il me semble que les planètes de tensions comme Mars, Uranus où Mercure sont faciles à mettre en lien avec la consommation de tabac et cette molécule.

 

Uranus que j'évoquais me semble avoir un rôle important pour deux raisons.

- Première raison, l'âge de 14 ou 15 ans est un âge fréquent de première expérimentation de la cigarette, comme je l'ai déjà dit. Je ne parle pas de consommation qui se régularise. Pour cela, il faut sans doute la dimension saturnienne et que l'étape de son opposition soit passée pour que la personne s'assume et s'identifie au "statut de fumeur" comme constitutif de sa personnalité, de son individualité et que cela appartienne à la structuration de son Moi, de son identité. Je parle donc bien de première tentative, d'essai, et de tentation grisante de braver et de se libérer d'un interdit, de franchir une limite. A cet âge, Uranus fait son premier sextile à lui-même. Par là-même, il vient apporter une "solution" aux différents aspects tendus qu'il peut faire dans le thème natal. Par exemple s'il fait une opposition à Mercure dans le thème natal, vers l'âge de 14 15 ans, il se placera en sextile de lui-même, et fera donc aussi un trigone à Mercure natal. Cette configuration d'aspects peut déboucher sur l'expérimentation d'un moyen qui apaise la tension intellectuelle Uranus/Mercure du natal.

Capture

- La deuxième raison tient de la signification d'Uranus elle-même. On sait que le tabagisme, dans sa phase d'expérimentation, est souvent une expérience qui tient autant du désir d'intégration dans le groupe et ses pairs, que du désir de différenciation d'individualisation, de recherche de son identité. En fumant on se positionne dans le groupe social des fumeurs, qui s'oppose bien souvent aux autres adolescents « trop sages » et conformistes à la loi saturnienne. Rappelons-nous qu'au même moment Saturne en transit fait son opposition à lui-même.

                

Évidemment il convient de regarder chaque thème individuellement pour voir ce que ces transits activent, sans tirer de généralités.

 

En matière de dépendance à un produit, nous ne sommes pas égo (égaux pardon). Pour devenir accroc, c'est d'abord une question de rencontre entre un produit et un terrain (ici le consommateur). Il y a donc certainement des terrains qui favorisent l'installation dans la dépendance pour telle ou telle substance ou pour tel ou tel comportement, qui ont pour effet d'apporter du plaisir et bien souvent d'apaiser une tension (les deux étant étroitement mêlés).

 

Un point essentiel me semble capital à préciser maintenant. À la seule vue d'un thème, on ne peut généralement pas affirmer que la personne sera fumeuse ou pas. L'astrologie n'est pas toute-puissante ! En revanche par l'observation du thème d'une personne tabagique, on peut trouver quelles sont les tensions qui ont favorisé le recours au tabac comme moyen de les apaiser. Mais ce qui ne reste qu'un moyen placé sur le parcours de la personne n'est pas inscrit en lui-même dans le thème. Et le natif aurait pu en trouver un autre.

 

 

Exemples et études succinctes de thèmes

Je me suis concentré essentiellement sur les aspects durs et de tension qui étaient stimulés par transit des astres lourds ou des astres significatifs (selon les thèmes) lorsque les personnes se sont mises à fumer. Je parts du principe que le tabagisme représente un moyen ou une réponse que la personne a alors trouvé pour s'adapter et compenser les tensions natales réactivées par transit.

 

Dans les thèmes de 4 grands fumeurs suivants, on pourra remarquer quelques similitudes :

- L'ascendant ou le maître d'ascendant est en configuration agressée dans le natal ce qui plaide en la faveur d'un besoin psychique de stimuler les perceptions d'être relié à sa propre corporalité, de se conforter dans l'idée d'exister, d'augmenter sa conscience d'être une âme dans un corps.

- Uranus est en rapports tendus avec les facteurs individuels ou est défaillant, comme "désactivé" (conjoint à la Lune Noire par exemple)

- Le maître de la Maison VI (hygiène de vie) est impliqué dans le moment où la consommation de tabac a débuté et s'est installée dans un rituel quotidien.

Capture 1

 

Je prends en exemple ce premier thème, on s'aperçoit facilement qu'il y a un grand nombre d'aspects durs. On repère dans un premier temps le carré en T entre Jupiter/Ascendant et Uranus et la conjonction Soleil Saturne qui fait focus et Maison IV. La croix sélène entre la Lune Noire, Cérès et le Nœud Sud, Vénus et la conjonction Neptune Lune est également bien dessinée. Une seule configuration d'aspects assonants se dessine entre Mars Vénus et Mercure (trois planètes personnelles). Cette configuration prend de l'importance. D'une parce qu'elle est composée d'un trigone et de sextiles, donc des aspects plutôt apaisants dans le thème plutôt tendus ; de deux parce qu'elle concerne :

- Mars, qui est le maître de l'Ascendant Bélier et qui est en Maison I,

- Vénus le maître de la Maison II et en Maison VI,

- Tous deux portés par Mercure, sous dominant puisqu'angulaire au Fond du Ciel et maître de la Maison III.

 

Les trois planètes nous ramènent donc au Premier Quadrant qui est relatif à l'émergence de la conscience de soi.

 

En réalité tout cela n'est pas rien. Puisque ce Mars nous parle du corps et du rapport au corps (Maître d'Ascendant et Maison I), Vénus nous parle de plaisir, de satisfaction des besoins (Maître Maison II), de consommation quotidienne (Maison II et Maison VI). Et Mercure nous parle de recentrage sur soi (Fond du Ciel) et Mercure est bien sûr en lien avec la respiration, surtout ici puisqu'il est maître de la Maison III/Gémeaux.

 

Pour autant, la position de ce Mercure qui appuie sur l'importance de la respiration comme moyen de se recentrer sur son moi intérieur rendrait probablement très efficace pour cette personne les différentes techniques de respiration abdominale que l'on trouve dans toutes les techniques de méditation (sophrologie, relaxation, Qi Qong...).  Elle permettrait, en utilisant les mêmes canaux du souffle et de la respiration, de recentrer l'énergie que la personne peut sentir s'échapper et l'aider à se sentir bien existante, bien vivante.

 

En 1991, quand cette première personne à commencer à fumer, Uranus culmine sur son Milieu du Ciel, Jupiter, avec lequel elle s'oppose en radix sur l'axe I/VII traverse le Lion et la Maison V. Ce Jupiter qui se confond avec l'Ascendant puisqu'il lui est angulaire en natal, se sent conforté et renforcé dans son affirmation personnelle et sa façon de se montrer à l'extérieur par cette place en Maison V Lion. Uranus fait un beau trigone à Mars maître d'Ascendant et va dans le même sens, même si pour se faire, il s'oppose à Mercure sur le Fond du Ciel.

De son côté, Cérès, maître de VI, se place en opposition à Jupiter natal et réactive le Carré en T natal. La personne trouve dans la consommation quotidienne du tabac, une façon de se sentir forte (Focus Soleil/Saturne) dans sa manière de se positionner face aux autres (Axe I/VII) et de se confronter à eux.

 

 

Les deux exemples suivants sont construits autour de multiples oppositions dans le thème natal.

 

Capture 2

 

Dans ce premier thème, on s'aperçoit vite que les facteurs très individuels que sont le Soleil, la Lune maître d'Ascendant Cancer, et Mercure, significateur des relations sociales et de la respiration sont d'un côté. Et qu'en face, nous trouvons les astres semi collectifs que sont Saturne, Jupiter, Cérès, ainsi que les planètes Pluton et Uranus. L'axe qui est souligné est l'axe V/XI, axe de l'expression souveraine et individuelle et de la participation de la place dans le collectif et le groupe. Pour un Ascendant Cancer la notion de clan et d'appartenance va être importante. La dimension d'acceptation sociale et d'insertion dans le groupe que favorise le partage d'un temps commun consacré à la cigarette semble revêtir ici une importance.

 

En 1996, sur l'année durant laquelle cette personne a commencé à fumer, on s'aperçoit que Jupiter, maître de VI natal, culmine dans le ciel. Il transite le signe des Poissons, passe en trigone de lui même et en sextile de la Lune (maître d'Ascendant), passe sur Vénus (son maître de la Maison V) et réactive ainsi le sextile et le trigone natal qui soulagent les oppositions Cérès/Lune et Cérès/Mercure. 

 

Capture 3

 

Dans ce troisième exemple, les oppositions entre les planètes individuelles et Maîtresses des Maisons I à IV (Lune, Vénus, Soleil, Mercure et Mars) se font avec les planètes collectives (Pluton, Saturne, Uranus, Cérès et Neptune). Elles se concentrent entre le Premier Quadrant et la Maison VIII.

Il y a une forte dimension anxiogène et une angoisse de mort qui est majorée. L'axe II/VIII nous parle d'absorption et d'assimilation et de rejet ou de renoncement. Dans son adolescence, la personne a eu des difficultés avec la nourriture et focalise beaucoup son attention sur ce qu'elle ingère.

Elle a commencé à fumer jeune, à l'âge de 14 ans. L'absorption de fumée étant par essence aérienne, aurait pu représenter un moyen d'assouvir ses besoins de se nourrir en apportant la sensation de se remplir d'immatériel.

 

En 2001, lorsque la personne a commencé à fumer, Saturne est donc en opposition à lui même, sur Vénus, Maître de l'Ascendant. Uranus transite en sextile de lui même. Il forme donc aussi un trigone au Soleil natal, mais aussi à Jupiter qui transite dans le ciel de 2001 en Gémeaux. On remarquera que Jupiter est le maître de la Maison VIII natale et que dans le thème, c'est une planète plutôt bien aspectée. Il participe donc à trouver un "mieux être" et un sentiment de force personnelle sur le moment.

 

Actuellement, cette personne qui attend un enfant, a réussi à considérablement diminuer sa consommation de tabac. La grossesse et l'attente de l'arrivée d'un enfant sont souvent des facteurs qui aident à diminuer ou à arrêter de fumer. Différents facteurs de motivation sont conscientisés : le souci de la santé du bébé arrivant en tête.

Sur un plan moins conscient, il me semble aussi que l'augmentation des sensations viscérales propres à la grossesse et au développement de l'enfant "in corpus" représente aussi un ensemble de stimulations qui conforte dans la sensation d'être en vie et qui participent à avoir moins besoin de se "voir et de se sentir" respirer pour se sentir Etre.

 

Dans le cas particulier de cette personne, cette grossesse survient aussi au moment du retour de Saturne sur lui même : Ce premier cycle saturnien qui se termine apporte l'occasion d'un renforcement de la responsabilisation personnelle, de la maturité et de la force intérieur. Gageons que pour cette native fortement lunaire et vénusienne, la maternité sera une occasion efficace pour rompre avec le tabagisme.

 

 

 

Le quatrième et dernier exemple est le seul à avoir aujourd'hui complètement arrêté de fumer.

 

Capture 4

 

Ici, pas d'oppositions, mais des aspects par Carrés entre l'amas en Ascendant Balance Soleil/Lune Noire/Neptune/Saturne et la planète Uranus plutôt fortement dissonante. Avec Vénus, maître d'Ascendant en Vierge et en XII, trouver un apaisement et un équilibre harmonique intérieur est primordial pour cette personne. Mais les orages uraniens viennent quelques peu mettre à mal cette recherche.

On remarque qu'une configuration de sextiles et de trigones entre Pluton (Maître de III), Jupiter culminant en Gémeaux et Neptune peut représenter le moyen de gérer ces carrés. On ne manquera pas de noter que Neptune et Jupiter sont les deux maîtres de la Maison VI Poissons. On trouve donc pas mal d'ingrédients en faveur d'un terrain astrologique propice à une addiction (usage quotidien Maison VI) qui emprunte les voies respiratoires (Maître Maison III Pluton et signe des Gémeaux) pour répondre aux multiples Carrés uraniens qui agressent la Maison I.

 

Cette personne a commencé à fumer en 1970 ou 1971. C'est un peu ancien et il est difficile pour elle de s'en souvenir très exactement. L'étude des transits manque donc de fiabilité. Mais en ce concentrant uniquement sur les planètes trans-saturniennes qui ont une résonnance particulière dans son thème, comme on vient de le voir, on peut néanmoins remarquer des transits assez parlants.

 

Neptune, le maître de VI est entré en Maison III et forme un trigone à Uranus qui est cause des tensions natales. Il est rejoint par Jupiter (autre maître de VI) qui traverse les signes du Scorpion et du Sagittaire à cette époque. Neptune et Jupiter sont en conjonction en 1971 proches de la cuspide de III (d'abord directs puis rétrogrades) et font des trigones commun à Uranus tandis que Pluton transite la cuspide de l'Ascendant.

 

Cette personne a arrêté de fumer entre 1991 et 1992. Une période longue et difficile, faites de tentatives et de rechutes, mais avec une détermination qui n'a pas flanchée : un avant goût d'enfer, ponctué de décisions extrêmes un brin plutoniennes. Et quand on voit dans le thème que c'est Pluton qui soutient et renforce par sextiles le trigone jupitéro-neptunien, on ne s'en étonnera pas. Ce n'est pas facile de se défaire d'une configuration astrologique si "harmonique" !

 

Fleur fumee

 

 

Pour finir et conclure

 

Danse fumeeCertains lecteurs seront peut être surpris que je n'évoque pas particulièrement Neptune dans l'article comme astre général à prendre en compte pour le tabagisme, mais que je parle plutôt d'Uranus. Il est vrai que Neptune est pourtant traditionnellement mis en corrélation avec les addictions, les drogues, les psychotropes...

 

 

La nicotine apportée par le tabac est une substance psychostimulante, au même titre que peuvent l'être la caféine, les amphétamines ou d'autres molécules qui ont pour effet de d'augmenter la vigilance,  les sensations d'Etre au monde, de pouvoir agir dessus, de se sentir vivant, actif, fort. Autant de perceptions et de sensations qui aiguisent la conscience ou donne un coup de fouet qui m'apparaissent d'essence uranienne.

 

A l'inverse, Neptune est davantage concerné dans les attitudes qui traduisent une recherche de dissolution des perceptions et de la conscience. Son action me semble de deux ordres :

- Soit une fuite de la réalité, une recherche d'inconscience et d'oubli. C'est un lâcher prise. On le trouve par exemple dans l'ivresse alcoolique qui, désinhibe dans un premier temps, mais se suit souvent d'un abandon de la conscience, d'un endormissement et parfois même d'une amnésie ou d'un coma.

- Soit une recherche de perceptions "extra-sensorielles", pour accéder à une autre dimension de la réalité que l'on ne parvient pas à trouver autrement. On prend plaisir à se sentir relié ou ultra connecté aux domaines qui sont habituellement invisibles. C'est ce que l'on recherche avec les substances hallucinogènes par exemple.

 

Quoi qu'il en soit, dans les deux cas, Neptune tend à nous éloigner de notre conscience d'Etre dans l'Ici et le Maintenant, et notamment dans notre corporalité. Or, je me suis efforcé de montrer que la démarche sous jacente et inconsciente qui amenait au tabagisme était justement inverse : renforcer le sentiment et la conscience d'être présent dans cette corporalité, animé de vie par le souffle et la respiration.

 

Voilà pour terminer et apporter un point final sur une réflexion et une analyse qui, je l'espère, ne vous auront pas apparu trop...... fumeuses.

 

 

 

 

Tout droit réservé, Fabrice BONVIN

Reproduction partielle ou totale interdite sans autorisation écrite de l'Auteur

 

Commentaires (8)

gilles Gruel
  • 1. gilles Gruel | 02/11/2016
Plein d'enseignements auxquels je reviendrai de temps à autre.!!
bonvin-fabrice
  • 2. bonvin-fabrice (site web) | 02/11/2016
Merci Gilles. Et vous y serez à chaque fois le bienvenue !
Bien à vous :)
kinna
  • 3. kinna | 03/11/2016
j'ai lu votre article avec beaucoup d'intérêt et j'ai vraiment adhéré lorsque vous écrivez que
Symboliquement, on fume pour augmenter la conscience de soi. Vivre c'est respirer. Respirer est invisible. L'air n'a pas de consistance de saveurs de couleur d'odeur etc. Le fumeur, inspirant et expirant la fumée, augmente la perception sensorielle de cet acte de vie.
cette réflexion me parait très vraie étant donné qu'étant fumeuse, j'avais arrêté une première fois durant 4 ans et que pour compenser ce manque d'inspirer et d'expirer la fumée, je m'étais à l'époque intégrée à un groupe de gospel, le chant me faisant "respirer"
Cela fait 7 ans que j'ai repris et depuis que je médite, je confirme qu'on prend conscience, par la respiration qu'on est "vivant" et je peux dire qu'à chaque fois que j'allume une cigarette après une méditation, je me sens en disharmonie intérieure. Le fait que vous expliquez quelle pouvait en être la raison m'éclaire assez sur ce sentiment de malaise.. Mais à présent, je suis en phase d'arrêt de tabagisme car ce déséquilibre intérieur provoqué par le duo méditation/cigarette m'incommode de plus en plus et je me dis qu'il serait temps d'arrêter de m'empoisonner !
Je trouve votre article très bien fait et très réfléchi, je vous félicite !
bonvin-fabrice
  • 4. bonvin-fabrice (site web) | 03/11/2016
Merci pour votre témoignage Kinna
Je vous souhaite force intérieure et réussite pour votre sevrage.
Bien à vous
Nina
Merci pour cet article, c'était très intéressant.
Sans vouloir faire de l'ironie je dirais que fumer une clope est plutôt un signe de faiblesse de la part du fumeur qui à besoin de sa nicotine quotidienne pour tenir tandis que d'autres n'ont besoin ni de fumer ou de consommer du café par litre pour tenir.

Un de mes proches était abonné à la cigarette et à l'alcool depuis de nombreuses années ce qui à eu pour conséquence de lui abîmer les dents et la peau. Il est Capricorne as Scorpion. Il fumait jusqu'à 40 Gauloises par jour sans filtre (à quoi ça sert un filtre, à rien!). Sa compagne et son chef au bureau s'inquiétaient et lui ont dit d'arrêter, il à tout cessé et avec de l'aide (son médecin, a anonymes, patchs, nicorette) depuis de longues années il n'a retouché à rien! Ni alcool, ni cigarettes! Alors je me dis que ce proche s'il à réussi d'autres peuvent le faire aussi.
Je vois des gens arrêter puis reprendre dans mon entourage, ils ont de la volonté mais la gestuelle et l'envie de s'en griller une reste.
bonvin-fabrice
  • 6. bonvin-fabrice (site web) | 03/11/2016
Je ne crois pas qu'il faut parler de faiblesse quand on ne parvient pas à arrêter. Certes, il faut jauger de la véritable motivation à arrêter. Il y a une pression sociale tacite à baisser la conso de tabac et à tenter d'arrêter. Chaque fumeur y est soumis. C'est un peu comme les bonnes résolutions du début d'année ou de la rentrée tout ça.
Ensuite, aucun fumeur n'est comme un autre. Comme pour toute consommation de produit potentiellement addictif, l'organisme et le psychique ont leur propre façon de réagir. Il y a de gros fumeurs qui cessent de fumer facilement. Sûrement parce qu'ils tentent l'arrêt dans de bonnes conditions (astrologiques bien sûr, mais pas seulement). Peut être aussi parce que, malgré qu'ils aient été de gros consommateurs, ils n'étaient pas si dépendants que ça du produit. Consommer de fortes doses favorise souvent la dépendance. Et quand on est obligé d'augmenter les doses pour continuer à ressentir les mêmes effets (phénomène d'accoutumance), c'est sûr que la dépendance est là.
Mais il y a des cas tout autre. J'en ai connu.
Et à l'inverse, il y a aussi des consommateurs qui fument ou boivent en quantité raisonnable, voire infime et qui sont convaincus de ne pas être dépendant. Et pourtant...
Une addiction, c'est une personne, un produit et un contexte pour la consommation de ce produit. Et cela ne se mesure donc pas que sur la base d'excès ou de grosse quantité.
Bien à vous
Fabrice
Nathalie
  • 7. Nathalie | 24/11/2016
Merci pour cet article, très bien écrit et très éclairant ! Je suis complètement d'accord avec vous sur le "principe" uranien du besoin de fumer ... plutôt que neptunien :) Je fume depuis de nombreuses année, je trouve ça agréable (toujours) et on voit dans mon thème natal qu'Uranus n'a pas tant de force que ça (un beau trigone à Mars mais sans réel impact, pas de planètes en verseau ni de dominante marsienne ....) . Pour témoigner, je dirai que si j'avais un Uranus plus "intense", il agirait sans doute sur la motivation et la détermination d'arrêter le tabac ... Par ailleurs, Neptune est en opposition à ce même Mars, et là, c'est intéressant de noter que je ne me suis jamais approchée des "drogues-fuites" et que je ne bois jamais d'alcool ;) voilà, cela vous fait un témoignage de plus ! Merci encore pour cet article !
Sonia
  • 8. Sonia | 10/08/2017
Bonjour,

Merci pour ces pistes de réflexions que je trouve originales et pertinentes.
C'est peut-être la première fois que je n'entends pas parler de Neptune dans l'analyse du tabagisme, mais du maître d'Ascendant et d'Uranus. Mon thème natal peut venir illustrer votre propos et confirmer certaines hypothèses. En effet, Vénus, maître d'Ascendant, reçoit de nombreux carrés, dont un d'Uranus, situé en maison VI.
Je fume depuis l'âge de 18 ans, avec une pause pendant 7 ans, puis une reprise malheureuse jusqu'à aujourd'hui (48 ans).
Bien à vous.
Sonia

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau